Portrait d'un président conseil local FCPE, Dominique Magimel, Collège Anatole France à Montataire

Dominique Magimel est président du conseil local FCPE au collège Anatole France. Compte-tenu de l'ampleur de la tâche de coéducation dans ce collège en zone prioritaire, cela peut paraître un défi titanesque. Dominique vit un parcours de combattant "engagé" pour le bien être de ses enfants et de ceux qui sont scolarisés au collège de Montataire.
Dominique Magimel habite à Montataire depuis plus de vingt ans.
Ses deux plus jeunes fils et son beau-fils ont suivi toute leur scolarité à Montataire.
Actuellement, seul le plus jeune, Thomas, est en classe de troisième au collège Anatole France.
Dominique a toujours été impliqué dans la scolarité des ses enfants. Il était déjà inscrit dans une association de parents d'élèves quand son fils Théo (à présent en faculté à Amiens) était en maternelle.
 
Dominique est conscient que l'environnement de Montataire n'est pas le plus propice à une éducation sans histoire. Le collège Anatole France de Montataire est classé REP+ (référentiel de l'éducation prioritaire). Montataire fait partie du Top 100 des villes les plus pauvres de France avec 75% de logements sociaux et une coexistence de 27 nationalités.
Selon l'éducation nationale, les pratiques pédagogiques et les moyens financiers mis en œuvre dans tout établissement REP+  visent à lutter contre un déterminisme social et à assurer la réussite scolaire des élèves issus des milieux populaires avec des besoins particuliers.
La réalité est souvent plus complexe. Au collège Anatole France, les professeurs et l'équipe de direction sont très impliqués, faisant vivre de beaux projets d'établissement sur les thèmes: réussite - école inclusive - vivre ensemble.
 
Mais cela n'empêche pas des montées de violence au collège. Le 26 mars, une vingtaine de jeunes sont venus pour chercher la bagarre. Certains avaient des barres de fer et des tirs de mortier d'artifice ont été tirés en direction du collège.
Deux jeunes en classe de troisième se sont battus à l'extérieur de l'établissement. Cela s'est traduit par deux coups de couteaux et des points de suture.
Les deux derniers conseils de discipline au collège ont traité de port d'armes blanches. Parfois des jeunes ont des armes pour se défendre quand ils ne sont pas de Montataire. "C'est la loi du clan, de la bande qui prévaut."
 
La conduite à tenir en tant que parent d'élèves dans ces conseils de discipline n'est pas évidente. Il s'agit de prendre en compte la mission du collège sans sacrifier la vie des jeunes. Il faut essayer de trouver une solution non définitive, un terrain d'entente pour l'intérêt du collégien.
La FCPE est la seule association de parents d'élèves au collège Anatole France comme au lycée André Malraux. 
 
Durant la période de pandémie, le collège a prêté des ordinateurs (30). La préfecture en a financé 42 autres. Pendant la première période de Covid, des bons d'alimentation ont été distribués aux familles les plus précaires par le collège. Avec cette période de crise sanitaire qui implique un enseignement en distanciel, les élèves sont plus perdus que d'habitude. Dominique en fait la synthèse : "nous vivons un changement de monde avec de nouvelles habitudes plus individualistes. Les élèves dépendent de la bonne volonté des professeurs pour faire fonctionner l'enseignement à distance. De nombreux parents connaissent des difficultés sociales accentuées par la crise sanitaire et ne peuvent aider leurs enfants à s'orienter ou à poursuivre des études. Les parents comme les élèves sont perdus. Certains professeurs aussi le sont, en subissant les ordres et contre-ordres du ministère de l'éducation nationale sur l'organisation du brevet".
 
Dominique va quitter son poste de président du conseil local au collège en fin d'année. Il a su établir de vraies relations avec l'équipe enseignante et dirigeante. Il est un pilier essentiel du monde scolaire à Montataire. Même s' il reste dépité de certaines visions idylliques de responsables politiques qui répètent que "la vie est belle", il a obtenu une vraie reconnaissance dans son rôle de médiateur entre parents et enseignants à Montataire.
La relève FCPE au Collège Anatole va être compliquée à assurer. Les candidats ne sont pas nombreux.  Au conseil d'administration du collège ( 750 élèves) , la FCPE a 5 sièges. Elle n'a pu trouver 5 suppléants.
Le constat du président national de la FCPE, Rodrigo Arena, sur les "parents qui ne veulent plus s'investir dans un collectif au-delà de leur enfant" se retrouve aussi à Montataire.
Cette tendance individualiste, sans discours construit collectivement, ne pourra pas aider les parents à participer au débat sur de grandes questions touchant l'école, de surcroît en REP+.